lundi 19 avril 2010

Wassily Kandinsky : Du spirituel dans l'art, et dans la peinture en particulier

Du spirituel dans l'art, et dans la peinture en particulier

Wassily Kandinsky

Folio essais – 1989

(15/09/09-13/04/10)


(p9-39) Préface : Kandinsky philosophe par Philippe Sers.

(p45-48) Avant propos : Il aurait aimé faire plus.

A : Généralités.

(p51-59) I : Introduction.

L'art est enfant de son temps. Comprendre c'est éduquer le spectateur afin de l'amener au niveau de l'artiste. L'art possède une force d'éveil prophétique.

(p61-68) II : Le mouvement.

Un triangle divisé en parties inégales, la plus petite et la plus aiguë dirigée vers le haut. Un assez bon schéma de la vie spirituelle. Tout le triangle avance et monte lentement d'un mouvement à peine sensible.

(p69-96) III : Tournant spirituel.

Le comportement spirituel des différentes sections. Leur rapport au matérialisme. L'art le premier éclaire le tournant spirituel quand la religion, la science et la morale butent. Maeterlinck, le mot est une résonance intérieure. Il existe chez l'artiste une nécessité impérieuse de trouver des formes nouvelles. Le mot pour la littérature, le son en musique, le volume extérieur en sculpture, la ligne en architecture, la couleur en peinture.

(p97-101) IV : La pyramide.

Chaque art doit utiliser ses propres moyens. La musique dispose du temps, de la durée alors que la peinture offre tout le contenu de l'œuvre en un instant.

B : Peinture.

(p105-112) V : Action de la couleur.

En regardant une palette de couleurs il se produit d'abord un effet purement physique, elle produit ensuite une vibration de l'âme. La couleur est la touche, l'œil est le marteau, l'âme est le piano aux cordes nombreuses. L'harmonie des couleurs doit reposer uniquement sur le principe de l'entrée en contact efficace avec l'âme humaine, c'est le principe de la nécessité intérieure.

(p113-117) VI :Le langage des formes et des couleurs.

Les formes ont leur langage ainsi que les couleurs.

(p118-128) La forme est l'extériorisation du contenu intérieur. L'harmonie des formes doit reposer sur le principe de l'entrée efficace avec l'âme humaine. La reproduction d'une forme matérielle dépend de l'œil et la main de l'artiste.

(p128-132) La variabilité de chaque forme et la variabilité de l'assemblage des formes.

(p132-154) Chaque artiste doit exprimer en tant que créateur ce qui lui est propre, ce qui est propre à son époque, ce qui est propre à l'art pur et éternel. La prépondérance du troisième élément dans l'œuvre et le signe de la grandeur et de la grandeur de l'artiste. La chaleur : le jaune; le froid : le bleu; le clair : le blanc; le sombre : le noir; le mouvement en soi : le rouge; l'immobilité : le vert; mouvement excentrique : l'orange; mouvement concentrique : le violet.

(p154-157) Le blanc sonne comme un néant d'avant le commencement, un silence qui pourrait subitement être compris. Le noir est un silence définitif, associé à d'autres couleurs il les rend plus intenses alors que le blanc leur fait perdre leur résonance.

(p157-164) Le rouge couleur chaude très vivante mais tournée vers l'intérieur, il est d'une grande diversité, avec du jaune il donne l'orangé qui ressemble à un homme sûr de ses forces, avec du bleu il donne du violet qui a quelque chose de malade.

(p164-168) Les mots précédemment employés pour décrire les "sentiments" déclenchés par les couleurs ne donne que des indications et il reste une vibration propre à la couleur que les mots ne peuvent exprimer.

(p168-172) Association des couleurs pour une harmonisation. La composition est une construction de formes colorées et dessinées qui existent indépendamment en tant que telles, procédant de la nécessité intérieure et formant par cette vie commune ainsi créée un tout que l'on nomme tableau.

(p173-195) VII : Théorie.

Il ne peut exister de théorie achevée de la peinture, la beauté n'est pas un but suffisant en art. L'utilisation de la couleur et de la forme amène l'artiste à naviguer entre l'abstraction pure et le réalisme pur, c'est entre ces deux extrêmes que se trouve la liberté.

(p197-204) VIII : L'œuvre d'art et l'artiste.

L'œuvre d'art a une vie autonome. Les couleurs et les formes sont là pour être en résonance dans l'image. L'artiste doit avoir quelque chose à dire, car sa tache ne consiste pas à maîtriser la forme, mais à adapter cette forme au contenu. L'œuvre d'art doit élever l'âme.

(p205-211) Conclusion.

Composition simple, composition complexe, composition mélodique, composition rythmique, impression de la nature extérieure, improvisation (expression intérieure).

Aucun commentaire: